Copa 2014

 

logo_opalc

logo_grib

 

 

 

 

 

Après une première collaboration en 2010-2011 pour décrypter les élections brésiliennes de 2010, le GRIB et l’OPALC s’associent autour d’un nouveau projet pour la période 2012-2014 : la préparation de la prochaine Coupe du Monde de football, qui se déroulera en 2014 au Brésil.

L’accueil de cet événement sportif mondial porte des enjeux considérables pour le Brésil. Au niveau international, le choix du Brésil comme pays-hôte s’inscrit dans le mouvement d’affirmation de la puissance brésilienne à l’échelle mondiale. Derrière la dimension sportive, c’est l’image et la crédibilité du Brésil qui sont en jeu. Au niveau interne, l’organisation d’une Coupe du Monde peut constituer un important accélérateur du développement de changement. Les investissements engagés permettent de stimuler l’économie nationale et de moderniser les infrastructures.

Accueillir un tel événement soulève des défis tout aussi cruciaux pour les décideurs politiques, qui doivent concilier différents temps politiques. Il s’agit de respecter les exigences  à court terme (sécurité, travaux, etc.) tout en inscrivant les projets dans un programme de développement cohérent à plus long terme. Quel sens donner aux changements mis en œuvre? Comment rendre durables les retombées de l’événement ?

Enfin, il convient de s’intéresser aux interactions entre les différents acteurs impliqués dans la préparation de la Coupe du Monde : acteurs politiques, responsables d’organisations internationales (au premier rang desquelles la FIFA), entrepreneurs nationaux et étrangers, organisations non gouvernementales, etc. La diversité des intérêts génère conflits et tensions.

La manne financière exceptionnelle associée à un tel événement comporte aussi des risques. Malgré les engagements à la transparence, le partage du gâteau soulève la question  sensible de la corruption. Mais d’autres thématiques, comme la protection de l’environnement, les conditions de travail (illégalité, esclavage) ou encore le respect des droits de l’Homme (politiques répressives préventives) soulèvent des inquiétudes.

C’est cet ensemble de problématiques que le dossier « Copa 2014 » entend traiter. Ce projet a été mis en place avec les étudiants du Master Amérique latine de l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble, dans le cadre d’un enseignement sur le Brésil, entre octobre et décembre 2011. Ils ont choisi de centrer la réflexion autour de huit thématiques : 1) l’histoire et la culture du football au Brésil ; 2) le choix du Brésil comme pays-hôte ; 3) les investissements financiers et leurs usages ; 4) les flux touristiques ; 5) la sécurité publique ; 6) le développement durable et l’environnement ; 7) la diplomatie ; 8) la vie politique nationale.

Les premiers articles publiés dans ce dossier ont été réalisés par ces étudiants. Loin de vouloir traiter de manière exhaustive les enjeux de la Coupe du Monde pour le Brésil, ils ont cherché à explorer certaines pistes de réflexion. Au-delà de la vocation informative - reposant sur une posture critique alimentée par les sciences sociales – il s’agit pour les auteurs de susciter le débat et d’ouvrir un espace de discussion. Le dossier « Copa 2014 » est un donc projet dynamique, amené à évoluer et à se développer d’ici à 2014. Il est ouvert à tous les contributeurs souhaitant partager leurs connaissances sur le Brésil, au niveau social, politique, économique, etc.

Pour participer à ce projet, il vous suffit de nous envoyer vos contributions à l’adresse suivante : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. . Les propositions sont évaluées avant mise en ligne. Les points de vue exprimés dans les différents articles n’engagent que les positions de leurs auteurs.

 


 

OBJECTIFS

•    Proposer une réflexion sur les enjeux soulevés par l’organisation de la Coupe du Monde de football qui se tiendra en 2014 au Brésil.
•    Informer le public francophone sur ces enjeux et ouvrir un espace de débat.
•    Evaluer les perspectives, les défis et les risques pour le Brésil liés à l’organisation de la Coupe du Monde 2014
•    Replacer cet événement dans son contexte historique, politique, social et international.

 


 

SOMMAIRE

Présentation générale/Introduction

-    Le football et la culture brésilienne
-    Les Brésiliens et la coupe du Monde
-    Focus : Retour sur la Coupe du monde de 1950

Le Brésil Pays-Organisateur

-    Le choix du Brésil par la FIFA
-    Les exigences de la FIFA. Pouvoirs et ingérences
-    Quand la corruption s’invite sur le terrain

Préparer le terrain. De l’usage des investissements

-    Les coupes du monde précédentes : quelles leçons pour le Brésil ?
-    Investissements et développement : comment sortir de l’effet de conjoncture ?
-    Moderniser les infrastructures (1). La mise aux normes des stades
-    Moderniser les infrastructures (2). Vers une nouvelle politique des transports ?
-    Les investissements étrangers au Brésil : le cas de la FNAC

Les flux touristiques : accueillir, encadrer, contrôler

-    Le tourisme au Brésil
-    Un boom touristique à court terme
-    Les infrastructures touristiques
-    Les dérives touristiques : tourisme sexuel et prostitution

Les défis de la sécurité. Sécuriser, pacifier, rassurer.

-    Le contexte global et les menaces terroristes.
-    Les risques dans les villes-hôtes
-    Sécuriser les villes : les politiques de sécurité avant Coupe du monde
-    Focus : L’occupation des favelas da Rio de Janeiro
-    Sécuriser les stades et leurs alentours
-    Gérer les foules pendant l’événement

Vers une Coupe du monde durable

- La Coupe du monde comme opportunité de renouvellement urbain
- Les risques environnementaux
- La place de l’environnement dans les programmes d’investissements

Le Brésil et la diplomatie du football

-    Repenser la géopolitique du football au 21e siècle
-    Les "émergents" et l’organisation des événements sportifs internationaux
-    Le Brésil jalousé ? La Coupe du monde 2014 et la politique de voisinage du Brésil.

La Coupe du monde et la vie politique nationale

-    Football et élections au Brésil
-    La Confédération Brésilienne de Football, acteur de la vie politique brésilienne ?
-    Si le Brésil gagnait… Quelles retombées politiques post Coupe du monde ?

 


 

Consultez ci-dessous les derniers articles publiés dans cette rubrique:



Une coupe du monde contestée

La Coupe du monde de football fut l’objet au Brésil d’intenses polémiques et la cible de vives critiques. Depuis les mobilisations massives de juin 2013, des centaines sinon des milliers de protestataires ont défilé dans les grandes villes du pays pour dénoncer les conditions d'organisation de l’événement, voire s’y opposer. Loin des clichés convenus, ces mobilisations déconstruisent l’image, consensuelle, d’un pays auquel tout semble réussir. Comment interpréter cette surprenante vague de protestation ? Que disent-elles de la situation économique et du paysage sociopolitique du Brésil contemporain ? Dans un entretien avec Laurent Delcourt (CETRI), Frédéric Louault apporte plusieurs éléments de réponses. Pour consulter cet entretien, cliquez ici.

 

 
Le Couch Surfing, alternative au tourisme traditionnel
Copa 2014 - Les infrastructures touristiques
Écrit par Elodie Queffelec   

Avec 7, 2 millions de touristes[1] attendus au Brésil à l’occasion du Mondial de 2014, c’est tout le pays qui se prépare à cette marée humaine. Des millions de reales sont injectés dans les secteurs des transports (l’aviation, le développement portuaire et aéroportuaire et les transports publics) afin de faciliter l’arrivée des aficionados du Football dans les 12 villes hôtes : Belo Horizonte, Brasília, Cuiabá, Curitiba, Fortaleza, Manaus, Natal, Porto Alegre, Recife, Rio de Janeiro, Salvador et São Paulo. Pour 15,11 milliards d’euros qui seront investis au Brésil d’ici à 2014[2], c’est tout le secteur du tourisme qui se met en branle.

Lire la suite...
 
Bras de fer entre la FIFA et le Congrès brésilien
Copa 2014 - Les exigences de la FIFA
Écrit par Lucas Gardenal   

Alors que le Brésil est dans la dernière ligne droite pour l’organisation de la prochaine Coupe du Monde de football 2014, réussira-t-il à négocier avec la FIFA une part plus importante des retombées de cet événement que son prédécesseur Sud-Africain ? C’est dans ce but que la présidente Brésilienne Dilma Rousseff a nommé Aldo Rebelo nouveau ministre des sports le 28 octobre 2011.  Ce député communiste est connu pour avoir dénoncé il y a une dizaine d’années les liens entre la multinationale Nike et le président de la fédération nationale de football brésilienne (CBF) Ricardo Teixeira[1] ; ce dernier fut accusé d’avoir reçu 10 millions de dollars de pots-de-vin de la part de l’équipementier américain. La relation entre les deux hommes est par ailleurs toujours houleuse (Teixeira est allé jusqu’a faire de Rebelo son « ennemi numéro un »). Mais en ce qui concerne la négociation avec la FIFA, D. Rousseff a tranché et le nouveau ministre des Sports pourra traiter directement avec la FIFA sans plus passer par le président de la CBF.

Lire la suite...
 
La "Coupe de la corruption"?
Copa 2014 - Quand la corruption s’invite
Écrit par Alice Pfeiffer   

L'organisation de la Coupe du Monde 2014 au Brésil s’accompagne de dénonciation massive d'affaires de corruption, aux plus hauts sommets du pouvoir fédéral. Si ces dénonciations ne sont pas nouvelles (en 1992, le Président Fernando Collor avait été poussé à la démission pour des affaires de corruption), elles alimentent les débats sur l’amplitude de la corruption, sur ses enjeux politiques et sociaux et sur les moyens mis en œuvre pour la contenir.

Lire la suite...
 
Focus: la Coupe du Monde de 1950
Copa 2014 - Retour sur la Coupe de 1950
Écrit par Delphine Gras   

Le Brésil a accueilli la quatrième édition de la Coupe du Monde, entre juin et juillet 1950. Alors que tous les commentateurs s'attendaient à voir le pays-hôte remporter la compétition, au regard de la supériorité technique montrée lors des matchs précédents, l'équipe nationale brésilienne finit par s'incliner en finale face à l'Uruguay, sur le score de 2 buts à 1. Dans un Maracanã plein à craquer[1] - alors que tant les spectateurs que la presse couvrant l’événement avaient anticipé la victoire - la défaite surprise fut vécue comme une expérience traumatisante[2].

Lire la suite...
 
<< Début < Préc 1 2 Suivant > Fin >>

Page 1 de 2